Un autre regard
Depuis qu’elle est enfant, Claire Caccini aime écrire. Alors, lorsqu’elle entre à la fac, c’est tout naturellement qu’elle se propose de participer au mensuel de l’université. Elle réalise un dossier: « Quelle identité pour la Corse? » Le sujet est pasionnant, mais la forme que prend son article ne lui correspond pas complètement. C’est un travail trop universitaire, qui laisse peu de place à l’expression personnelle. Elle est un peu déçue.

Parallèlement à ses études, Claire est surveillante dans un lycée. Elle y crée un atelier « journal ». Mais là encore, les résultats ne sont pas à la hauteur de ses espérances. « Les élèves n’étaient pas motivés, j’avais un statut qui se rapprochait de celui de prof. Comme ils étaient conciliants, ils écoutaient sagement, mais ça n’était pas du tout ce que je recherchais. Ils étaient passifs, c’était fatigant! »

Que veut-elle, Claire, en donnant de son temps pour aider les lycéens à faire un journal? Elle veut apprendre à ces jeunes à réfléchir par eux-mêmes, à aller chercher l’information et à l’analyser. Mais dans le cadre rigide du lycée, ça ne fonctionne pas. Alors Claire réfléchit. Elle cherche un moyen d’arriver à ses fins. Elle a écrit pour l’université, ça ne lui a pas plu. Elle tente de transmettre sa fibre journalistique aux lycéens, ils font la sourde oreille. Pourtant, pas question d’abandonner! Claire transforme ces deux échecs en une nouvelle idée. Elle souhaite créer un journal qui serait écrit à plusieurs mains: lycéens et étudiants se rencontreraient autour d’un thème commun, y travailleraient ensemble, et en feraient une publication. « Je voulais que les deux regards se croisent: la spontanéité des lycéens et l’axe de recherche des étudiants, je voulais qu’ils se rencontrent, qu’ils échangent leurs points de vue. »

Elle tente l’expérience, elle crée une association qui sera le cadre d’écriture de son journal:Dazibao. Elle entre en contact avec une faculté parisienne et présente son projet au lycée dans lequel elle travaille. Comme par magie, les lycéens réfractaires devant la pionne deviennent ultra motivés devant Claire, la responsable associative. Son idée fonctionne à merveille. Des binômes étudiants-lycéens se créent pour le premier numéro du journal, qui porte sur le cinéma africain.
trebuie sa il traduc in romana ma poate ajuta cineva ???

1

Răspunsuri

2014-11-01T15:37:34+02:00
Poti sa copiezi cate o propozitie de aici si sa o traduci in dictionarul asta, e foarte util http://www.francez.ro/

1 3 1